Image d'un prix cinématographique

Nos choix pour les meilleurs films français de tous les temps

Les films français sont très intéressants, nous avons donc pensé qu’il serait amusant de partager avec vous nos meilleurs films français que nous ayons jamais regardés. Voici donc, sans plus attendre, la liste.

Amélie (2001)

Une image du film Amélie

Sans doute le film sous-titré par excellence pour les personnes qui ne regardent pas de films sous-titrés, l’amour parisien de Jean-Pierre Jeunet, teinté de rose, se déploie une fois de plus pour commémorer son dixième anniversaire de mariage. Probablement le rôle pour lequel la starlette Audrey Tautou restera certainement dans les mémoires jusqu’au jour de sa mort, le film est encore plus intéressant pour rester un excentrique distinctif qui ressent tout l’objet de la perspicacité et de la vision du monde uniques de son auteur-réalisateur. En le revisitant actuellement, il a toujours les mêmes forces et aussi les mêmes faiblesses : l’expérience de voir est toujours comme un raz-de-marée de blagues coquines et de surveillances étranges, mais elle est toujours prolongée et parfois un peu saccharinée.

Blue is the Warmest Colout (2013)

Une image du film Le bleu est la couleur la plus chaude

Blue is the Warmest Colour est une étude de trois heures, minutieusement décrite et d’une érotique fulgurante, sur le premier amour lesbien. Son scénariste-réalisateur, le franco-tunisien Abdellatif Kechiche, a rencontré un obstacle avec son dernier film, “Vénus noire” de 2010. Biopic imposant du Saartjie Baartman, un esclave sud-africain du XIXe siècle devenu un monstre de foire, il a également permis de vérifier une vision traumatisante pour les fournisseurs britanniques ou américains. Beaucoup de directeurs se retireraient certainement dans une région plus sûre après une telle expérience, mais la plupart des superviseurs ne sont pas des Kechiche. Blue is the Warmest Colour” est l’un des retours les plus singuliers et les plus effrontés que le réalisateur de “Couscous” ait pu faire, et aussi le film le plus riche de son travail.

Absolument rien de l’histoire du film sur le passage à l’âge adulte, ni de l’ascension et de la chute de sa romance principale n’est fondamentalement nouveau ou audacieux, mais la perspective autonome de Kechiche sur les besoins des jeunes est rare dans sa maturité émotionnelle. Notre héroïne, Adèle (Adèle Exarchopoulos, étonnante), commence le film en tant que lycéenne précoce et le termine également en tant que femme adulte ayant encore beaucoup à apprendre sur elle-même. Contrairement à tant de films sur le même sexe qui se concentrent sur l’expérience homosexuelle, “Blue is the Warmest Colour” passe cette étape de la vie d’Adèle dans un vibrant bond séquentiel, trouvant un drame encore plus nuancé dans les difficultés croissantes de préserver une sexualité non fixée.

The Intouchables (2011)

Une image tirée du film Les Intouchables

Un film merveilleux, amusant, bien qu’assez peu subtil, Intouchable est une histoire traditionnelle de relation peu probable, entre un jeune homme noir ainsi que le vieux paraplégique blanc dont il est employé pour s’occuper. Le film tente clairement de faire passer un message sur la dualité de la société française, avec d’un côté les riches aristocrates et de l’autre la banlieue. Néanmoins, il n’est pas aussi poing américain qu’il aurait pu l’être et fonctionne étonnamment bien en tant qu’amusant.

La Vie En Rose (2007)

Une image du film La vie en rose

Le biopic 2007 d’Edith Piaf raconte l’histoire de la vie de la chanteuse française dans une série non linéaire assez inhabituelle d’événements cruciaux. Bien que ce soit un peu bizarre pour un biopic, ce qui est également inhabituel, c’est que le film évite complètement l’une des durées les plus intéressantes et sans doute aussi les plus essentielles de la vie de Piaf : la Seconde Guerre mondiale. Tout au long de la bataille, Piaf a chanté pour des nazis haut placés dans un Paris très occupé, mais il a également aidé à la fuite des prisonniers de guerre. Cependant, à part cela, c’est un excellent film, notamment grâce à la transformation totale de Marion Cottilard en Piaf aux yeux et aux dents en forme de seau.